Alpinisme au Lyskamm

Publié le par manu ibarra

Cela fait maintenant 12 ans que chaque été avec Félix, nous essayons de faire une ou deux courses en montagne.

Après la traversée de la Meije l’an dernier qui avait marqué une élévation dans le niveau technique des courses parcourues, nous espérions gravir le Cervin par l’arête du Lion. Une mauvaise chute de vélo (c’est souvent le cas la première fois que l’on enlève les roulettes) ne me permet pas de lever le coude…. Adieu le Cervin et ses cordes fixes mais aussi… bien qu’avec une paille ?

Voulant toutefois faire perdurer cette tradition familiale, il nous fallait un objectif de remplacement moins acrobatique et athlétique que l’arête du Lion mais un peu plus qu’une classique voie normale.

Dans un recoin de ma tête traînaient des images d’arêtes effilées et de sommets à plus de 4000m perchés entre val d’Aoste et Valais ; la traversée du Lyskamm me revient à l’esprit.

Cette traversée longue de près de 5 km à mauvaise réputation ; ces corniches ayant entraînées lors de leurs ruptures des cordées dans des chutes fatales. Mais en cette mi-août les chutes de neige répétitives en altitude et les températures non caniculaires m’ouvraient tous les espoirs de trouver des conditions optimums qui me furent confirmées par le gardien du refuge Sella.

Nous voilà partie de la vallée de Gresonney, d’abord par des remontées mécaniques puis par une marche que Félix me fait avaler en moins de 2 heures. Saleté de gamin !

Le cheminement qui mène au refuge Quintino Sella se termine par une jolie arête équiper comme une véritable via feratta. Ce refuge, posé à l’altitude de 3580 m en bordure du glacier sur une bosse de pierraille, est atteignable sans mettre les pieds sur la neige, ce qui attire de nombreux randonneurs pour qui ces altitudes alpines sont souvent inaccessibles.

Pour le lendemain nous envisageons de gravir Castor un beau 4000 facile, parfait pour une acclimatation. La nuit fut mauvaise, deux jeunes suisses allemands ayant abusés de la grappa du refuge rejoignent leur bat-flancs en gloussant bêtement et bruyamment, puis ils s’endorment brutalement en ronflant comme deux ténors enrhumés.

Le levé à 4h30 du matin est difficile. Dehors un vent souffle en fortes rafales, nous traînons en prenant notre petit déjeuné. Doucement nous nous équipons et quittons le refuge sous les bourrasques vers les 6 heures. Il fait froid, nous pressons le pas pour nous réchauffer. Rapidement nous arrivons au Felikhorn. La visibilité est faible et le souffle court (nous sommes déjà à plus de 4000m). Il y a peu de points de repère, les anciennes traces sont recouvertes par le grésil. Je m’arrête plus très sûr de ma direction. Effectivement une cordée qui a fait la même erreur que nous nous explique que nous sommes dans la direction du sommet W du Lyskammm. Un peu en avance, c’est notre objectif du lendemain !

Demi-tour et retour vers le Felikjock, nous trouvons l’arête SE, qui est la voie normale. Nous marchons, avec une visibilité limitée par nos capuches, nos cils chargés de givre et nos bonnets qui nous tombent sur les yeux. Nous croissons d’autre cordées qui renoncent avant le sommet. Nous nous entêtons… un peu… puis devant le manque d’intérêt de cette ascension à la visibilité limité à un périmètre de 5 mètres de neige grise, nous décidons nous aussi de stopper nos efforts sans savoir où est le sommet et ce qui nous reste à faire.

Nous sommes de retour à 9 heures au refuge et nous nous couchons immédiatement pour rattraper le sommeil perdu.

Lorsque nous émergeons, le plafond nuageux c’est élevé et nous découvrons que nous sommes arrêtés à moins de 100 mètres du sommet. Flûte ! Sans le champagne d’un nouveau 4000m.

La météo est annoncée meilleure pour le lendemain et surtout sans vent.

Le refuge Quintino Sella et son arête d' accés.
Le refuge Quintino Sella et son arête d' accés.
Le refuge Quintino Sella et son arête d' accés.

Le refuge Quintino Sella et son arête d' accés.

Des cordées dans le mauvais temps sur le départ de l' arête du Castor. Lors de la descente les nuages se déchirent...
Des cordées dans le mauvais temps sur le départ de l' arête du Castor. Lors de la descente les nuages se déchirent...
Des cordées dans le mauvais temps sur le départ de l' arête du Castor. Lors de la descente les nuages se déchirent...

Des cordées dans le mauvais temps sur le départ de l' arête du Castor. Lors de la descente les nuages se déchirent...

... et laissent apparaître le Felikjock puis un ciel bleu immaculé.
... et laissent apparaître le Felikjock puis un ciel bleu immaculé.
... et laissent apparaître le Felikjock puis un ciel bleu immaculé.

... et laissent apparaître le Felikjock puis un ciel bleu immaculé.

Réveil est mis à la même heure que la veille. Nous traînons moins et partons à 5H30 sous un vent faible. Nous rejoignions rapidement le Felikhorn sous un grand ciel bleu. L’orientation est donc sans hésitation. Une première pente de glace donne accès au sommet W du Lyskamm. Nous rattrapons des cordées en tirant 3 courtes longueurs. Sommet W (4479m) vers les 9 heures puis nous enchaînons vers le sommet E. La trace est excellente et le regel parfait. C’est l’esprit serein que nous jouons aux équilibristes sur ce fil de corniches toutes plus improbables les unes que les autres ; heureux que le vent tempétueux de hier ne soit plus présent.

Le sommet E (4527 m) est atteint vers les 10 heures. Nous continuons cette suite de corniches vers Lisjoch ; que nous atteignons vers 11H30. Les corniches sont si effilées et énormes qu’effectivement nous imaginons facilement qu’en mauvaises conditions le danger potentiel qu’elles représentent.

A Lisjoch, point de jonction de l’arête avec le glacier, deux solutions : soit rejoindre Gressonney via le refuge Mantova soit revenir sur le refuge Quintino Sella par le Paso del Naso del Liskamm

Nous faisons ce dernier choix, qui après coup ne nous semble pas le meilleur. Car non seulement il faut remonter (Oh de si peu 150 m, mais combien harassant) au-dessus de 4000m, mais la descente de se passage ce fait par une pente de neige raide qui orientée plein W est en glace comme la pente d’accès au Lyskamm W. Nous arrivons vers 15H au refuge Sella sous un soleil caniculaire.

Sûr de nos capacités à diviser le temps de monté par deux nous nous ne pressons pas pour rejoindre le télésiège de Stafal. La descente s'avère bien plus longue que prévu ; résultat d’une pente modéré et d’un sentier en grande partie sur des pierriers inconfortable à la marche.

 

De gauche à droite :  le Felikjock, le Lyskamm W puis E et enfin le Paso del Naso.
De gauche à droite :  le Felikjock, le Lyskamm W puis E et enfin le Paso del Naso.

De gauche à droite : le Felikjock, le Lyskamm W puis E et enfin le Paso del Naso.

LA vue au levé du soleil: Viso, Grand Paradis, Mont Blanc et même Vanoise et Ecrins....
LA vue au levé du soleil: Viso, Grand Paradis, Mont Blanc et même Vanoise et Ecrins....

LA vue au levé du soleil: Viso, Grand Paradis, Mont Blanc et même Vanoise et Ecrins....

Première pente d' accès au Lyskamm W. Il est possible de passer par les rochers à droite.
Première pente d' accès au Lyskamm W. Il est possible de passer par les rochers à droite.

Première pente d' accès au Lyskamm W. Il est possible de passer par les rochers à droite.

Au fond le Lyskamm E et les corniches qui y mènent.
Au fond le Lyskamm E et les corniches qui y mènent.
Au fond le Lyskamm E et les corniches qui y mènent.
Au fond le Lyskamm E et les corniches qui y mènent.

Au fond le Lyskamm E et les corniches qui y mènent.

Corniches....
Corniches....

Corniches....

... menant qu sommet E.
... menant qu sommet E.
... menant qu sommet E.
... menant qu sommet E.

... menant qu sommet E.

Le sommet E, archétype du sommet neigeux!
Le sommet E, archétype du sommet neigeux!

Le sommet E, archétype du sommet neigeux!

A près une petite pose, il faut continuer en direction de Lisjoch.
A près une petite pose, il faut continuer en direction de Lisjoch.
A près une petite pose, il faut continuer en direction de Lisjoch.

A près une petite pose, il faut continuer en direction de Lisjoch.

A  Lisjoch avec vue sur les sommets du Mont Rose.

A Lisjoch avec vue sur les sommets du Mont Rose.

Merci Myriam pour ces photos!
Merci Myriam pour ces photos!

Merci Myriam pour ces photos!

Notre Matos :

Piolet Carbone Idole (190g) pour Félix à l’ancrage incroyable à la vue du poids.

Piolet BlueBird Evo de Blue Ice pour moi : le parfait piolet guide.

Baudriers Choucas de Blue Ice maintenant copier dans ses plus intimes détails par une marque française se revendiquant innovante.

Nécessaire à mouflage : n’ayant pas le kit super light de mon ami Sébastien Constant, je me contente d’une poulie bloquante de fabrication russe que j’ai depuis plus de 15 ans associé à des MagicRing et mousquetons Revolver de DMM.

Broches à glace en alu avec trépan en acier d’EClimb mais amis espagnols, elles aussi copier (jusque dans la manivelle) par la fameuse marque française innovante.

Crampons : Protos ultra légers….

Dégaines Krestel de chez Ocün, légères (58g) et polyvalentes avec sa sangle en Dyneema de 15 cm (belles ouvertures de doigt -20mm-pour ce poids)

Corde de 35 mètres : inutilement long pour les arêtes mais correcte pour la marche sur glacier, la montée au Lyskamm W et la descente du paso del Naso.

Sacs à dos Yeti 35 l de Blue Ice.

Chaussures Tengu de chez Aku, un modèle qui sort pour 2017, légères et super confort comme toutes les Aku.

Quelques-unes de mes courses d’arêtes préférées dans les Alpes :

-Rocheuses :
Traversée des Aiguilles Dorées.
Arêtes du Diable (Mt Blanc du Tacul)
Arêtes sud de la Noire de Peuterey (première partie de l’Intégrale de Peuterey)

-Mixtes :
Arête Kuffner au Mt Maudit.
Traversée de la Meije.
Traversée du Lyskamm

-Au long court :
Intégrale de Peuterey.
Traversée Râteau/Meije/Pavé/Gaspard.
Traversée Rochefort/ Grandes Jorasses

Matos et chaussures Tengu d'Aku: Test concluant et système de portage de la broche à glace développé par Blue  Ice et copier par d'autres.
Matos et chaussures Tengu d'Aku: Test concluant et système de portage de la broche à glace développé par Blue  Ice et copier par d'autres.
Matos et chaussures Tengu d'Aku: Test concluant et système de portage de la broche à glace développé par Blue  Ice et copier par d'autres.

Matos et chaussures Tengu d'Aku: Test concluant et système de portage de la broche à glace développé par Blue Ice et copier par d'autres.

Publié dans Glace & Mixte.

Commenter cet article

DESMARIS 31/08/2016 16:40

Salut Manu!
Ces arêtes font envie, on ira un de ces jours Sandrine et moi en pensant à vous deux. On revient juste de la traversée Lion-Hörnli.
Christophe.

manu ibarra 31/08/2016 18:22

Salut vous deux, nous devions faire l'arête du Lion mais une chute en vélo ne me permettait pas de lever un bras... les corniches étant plus basses que les cordes fixes....