CASCADES de GLACES en VERCORS SUD

Publié le par manu ibarra


Si le Vercors sud est fréquenté et reconnu pour ses escalades rocheuses depuis les années 60, il est par contre complètement méconnu pour ses ascensions glaciaires.
En Vercors point de grands froids capables de figer les chutes d'eau aux débits puissants, juste des froids légers qui, au bout d'une dizaine de jour par succession de gel nocturne et de dégel diurne, transforment les suintements d'eau en mur de glace.

Formations de glace en versant sud du col du Rousset.


On peut partager les sites de glace de notre région en deux  familles: Les cascades issues du mariage de l'eau de ruissellement et du froid, situées la plupart en basse altitude elles sont en glace mince et délicate et demandent un froid constant d'une dizaine de jours (1), et leurs cousines issues de l'union de l'eau de fonte de neige et du froid, situées en plus haute altitude, elles sont plus souvent en condition et d'une structure plus classique de glace épaisse(2). Pourtant l'eau et le froid semblent se fuir mutuellement: l'eau comme dans tout massif calcaire, a tendance à s'enfoncer sous terre plutôt que de couler en surface, le froid  instable et peu puissant se rencontre toute fois à l'ombre ou en altitude. L'opposition ombre/soleil, froid/chaleur est la caractéristique la plus surprenante de cette région. Il est courant, après une ascension sur glace, de rejoindre un coin de soleil et de quitter anorak et polaire pour se dorer au soleil. S'il est possible d'enchaîner dans la même journée des activités différentes et traditionnellement associées comme cascade et ski (3); tous défauts pouvant se transformer en qualités, vous pourrez associer ici des composants plus difficilement compatibles comme cascade et escalade (4). N'oublions pas que si la glace en Vercors est une activité marginale, l'escalade rocheuse de grandes voies reste une valeur sûre. Ici plus qu'ailleurs, l'escalade sur cascades de glace, prend totalement le qualificatif d'escalade éphémère, il faut au grimpeur jouer avec les éléments composants: eau, froid, soleil, altitude. A celui qui possédera la patience, la curiosité, l'intelligence et  l'audace, s'offriront des ascensions et des ouvertures en glace fines et délicates, d'une verticalité propre aux falaises calcaires. Prenez vos piolets, mais n'oubliez pas vos chaussons ou vos skis!

 

En voiture pour un petit tour du "propriétaire":

Quittons la vallée de la Drôme, ses champs de lavande, ses vignes, direction le col du Rousset.

Le beau mur de Météorite.


Dans la L1 à l'ouverture.


Si vous êtes attentif, vous pouvez apercevoir d'une des nombreuses épingles à cheveux de la route, une plaque de glace, étrangement  située dans ce versant sud entièrement voué au soleil. Elle naît d'une source généralement riche en eau qui s'écoule sur la seule barre rocheuse de ce versant qui reste à l'ombre. Cette plaque de glace très travaillée est parcourut par un seul itinéraire, il y a place là pour d'autres voies. L'accès en est très facile par une piste forestière qui passe au sommet de la barre. A la sortie du tunnel du col du Rousset , voici la station de ski du col du Rousset. Du sommet des pistes, il est possible de voir la face ouest du Grand Veymont, le plus haut sommet du Vercors. Il possède sur cette face outre quelques goulottes, un mince ruban blanc s'élevant au milieu de dalle de rocher, c'est la cascade la plus élevée du massif. 

Météorite.


Cette coulée de glace est alimentée par la fonte de neige des pentes supérieures, les meilleures conditions semblent exister au début mars, lorsque le soleil printanier cohabite avec le froid nocturne. L'escalade, sans y être très difficile, est pour le moins délicate, la première longueur  a toujours refusé mes broches à glace, même les plus courtes et lors de l’ouverture le R1 faute du spit qui fut ajouté plus tard, fut fait à l’épaule. Plus à droite,  la face est rayée de goulottes qui ont été parcourues dans les années 75/80. L'escalade est ici proche de celle que l'on peut rencontrer dans les gullys Ecossais. Il me semble intéressant de bivouaquer au pied  du Grand Veymont, et ainsi réaliser plusieurs ascensions.

Quittons les hautes plateaux et ses paysages blancs immenses(5), direction Die, puis Les Nonières et Benevise qui semblent un bon point de départ pour les autres cascades de la région. Si les conditions sont très bonnes n'hésitez pas, courez dans les gorges des Gats, véritable palais de glace, joie des photographes.

Dentelles Givrée dans les gorges des Gats.

 

A l'ouverture.

 

Répétition en 2008.Derrière le spot du Festi-Dry


De chaque côté de la route se trouve de multiples cascades, des cigares, des draperies, et l'on a parfois l'impression de se promener  dans un lustre de cristal. Vous pourrez faire votre choix en circulant à bord de votre voiture: du cigare de 10 m à la cascade de 60 m, soutenue et délicate, tout est d'un accès court, tout au plus au plus le ruisseau du Bez à traverser. J’ai ici réalisé une escalade qui fut plus un rêve éveillé qu’une éprouvante escalade sur glace. Nous avions oublié le perfo qui seul nous paraissait capable de nous ouvrir les portes de cette promenade gelée, de rage je me jette dans la première longueur.

A l'ouverture d'Helix.

Magique!

Christophe à l'ouverture

Constitué d’éclaboussure à ma grande surprise l’escalade bien que délicate et technique était magique. La glace une température à peine négative depuis plusieurs jours acceptait toutes les contraintes. Ainsi fut gravi Helix, une ligne magique.

Après les gorges la vallée s'ouvre, nous sommes au village de Glandage. A droite on peut voir les cascades du cirque de Toussière. Ce secteur fut découvert par Cyril Copier en février 93 alors que la glace avait disparue des gorges. C'est un vallon froid (à plus de 1000m d'altitude et plein nord) qui s'offre aux plus courageux : Ici il faut marcher une bonne heure !

Le cirque de Toussière.

Des cascades classiques........

.......moins classiques (Bonne Année)........

......nettement moins classique... quoique? ( Lou Monstraou)

 

Le site comporte environs 8 lignes, très souvent en conditions la plupart d’un niveau classique. Quelques lignes sortent du lot. Notamment «  le retour du Gnome » de Cyril Copier, épée de glace malheureusement rarement en condition, Bonne Année,escalade sur éclaboussures délicates et enfin le must du site : Lou Monstraou, belle escalade moderne raide et impréssionnant qui durant l’hiver 2008/09 vut le passage d’une dizaine de cordées.

Bonheur du Jour... Si on vous le dit!

 

 

En voiture direction le col de Menée ! Pause café, aux Nonnières, à la sortie du café-hôtel du mont Barral, levez la tête: face à vous, accessible par une marche d'un quart d'heure à travers prés, se trouve "Bonheur du Jour", un peu plus loin en amont deux colonnes de glace celle de droite : Mikado » fut gravi alors que ça jummelle de gauche repussa mon assaut par des coulée d’eau.

Ouverture de Mikado. Derrière la ligne vierge.

Prenez votre voiture, à l’entrée du vallon de Combeau , sur votre gauche se trouve une belle ligne mixte réalisé par Cyril Copier Si vous continuez et montez au col de Menée, vous allez voir sur votre droite une cascade altière qui descend de la montagne de Belle Motte, il s'agit certainement d'une ouverture de premier plan qui semble vous attendre (oui, oui, vous!). Si les conditions ne sont pas très bonnes sur ce versant, poussez du coté Isère: là se trouvent directement au-dessus de la route, cachées par les arbres, plusieurs cascades dont la plus belle est "Crème caramel", ici nous sommes aux environs de 1400 m, en face est, c'est le dernier refuge pour la glace de la région.

A   l'ouverture Crème Caramel avec le regretté Dominique Benard, à droite sur la photo.

Continuons à descendre côté Isère. Le Mont Aiguille apparaît, majestueux. Si les environs de la Richardière est un lieu entouré d'histoire, histoire de la naissance de l'alpinisme au Mont Aiguille et histoire de la Résistance, c'est aussi un haut lieu de la petite histoire de la cascade de glace en Vercors. En février 1980, sous le col du Pas de l'Aiguille, Patrick Cordier et Sylvain Sarthou, réalisaient la première ascension de cascade de glace du massif, elle reste la plus longue du massif. Il existe dans ce fond de vallée, véritable fosse à froid, d'autre coulée de glace dont certaines ont été remontées par J-L Laroche.  

   (A suivre: le topo.)

 

(1)- Sites des gorges des Gats, des Nonières, des gorges d'Ombléze, du versant sud du col du Rousset.

(2)- Sites du grand Veymont, du col de Menée, du pas de l'Aiguille, du cirque de la Toussière.
(3)- De fond ou de piste dans les secteurs du col du Rousset ainsi que cascade et ski de fond au vallon de Combeau.

 (4) - Dans les magnifiques aiguilles de Bénevise pour les secteurs des gorges des Gats, des Nonières, du col de Menée.

(5)- Plus grande réserve naturelle de France.

 

Publié dans Glace & Mixte.

Commenter cet article

Danielle JOURDAIN 17/11/2012 08:45


De quand date la photo de Dominique Bénard avec Manu dans ''Cème Caramel'' ?


Je suis une grande amie de 30 ans de Denise et du trop vite parti Dominique .il a formé la famille Jourdain ,les enfants compris,à la pratique de la spéléo.


Ce qui a conduit mon fils ainé à devenir encadrant pour les colonies de vacances et mon plus jeune fils à la plogée spéléo et à la plongée tout court ,il est maintenant moniteur MF2 au sein
de son club et a également le Brevet d'Etat.A 40 ans il devient professionnel.


Des photos de Dominique seraient les bien venues. Ma dernière photo avec Denise et Dominique date d'août 2008


                   
Amicalement             Danielle

paf 21/06/2011 18:02



Belle motte n'est plus à ouvrir ni pour les glacieristes, ni pour les canyonneurs. on à vu une plaquette de 10 lors de notre descente...dommage



manu ibarra 21/06/2011 18:09



Raté! C'est une plaquette de Cyril Copier placée à l'ouverture de cette cascade en hiver( cascade de glace)



yannick ardouin 21/12/2009 19:50


bonjour Manu

on ne se connait pas, voila quelques temps deja que j'entendais parler de toi et de tes aventures dromoises... et enfin je tombe sur ton blog. Je decouvre avec delice les belles lignes de glace du
sud Vercors, et je me dis que j''irais bien y faire un saut prochainement. Je ne peux que t'encourager a faire un topo de ce coin la, a moins que tu preferes y grimper tranquillement sans la meute
grenobloise ;o)
Et puis je decouvre cette inedite pratique du dry touffing...etonnant!
Au plaisir de te croiser
Yannick Ardouin (grenoble)