Pipeline

Publié le par manu ibarra

 

 

 

 

Pipe-line

ou le bon tuyau!

Frantz et Phons dans la L3

   

On avait fuit l'Oisans et ses cascades de glace, poursuivi par les avalanches. Le temps était doux et humide. Fons était venu de ses Flandres, à la recherche de nouvaux horizons basculés de quatre-vingt-dix degrés; mais les seules verticales fréquentables étaient cette pluie qui tombait. Que faire? Je me souviens alors d'une paroi dont la raideur était plus forte que la chute des liquides, là bas, dans le Diois. Allez, un petit détour par la maison pour échanger piolets Grivel contre perfo et crampons Rambo contre chaussons. Il restait deux jours à Fons.

 

 Frantz et Phons dans la L4.

 

 Le premier jour fut réservé à un repérage à partir de la voiture. Facile, la route est tracée spécialement pour cela. Imaginez: à gauche une paroi de 200 m en calcaire gréseux, rouge, pleine de lunules, trous, strates et autres reliefs étranges, tellement verticale que c'est plus que verticale et que la pluie ne touche pas ( bien fait!). Au pied un ruisseau légèrement en crue pour l'occasion. A droite une route dont un zig passe à hauteur d'un premier relais potentiel, suit la falaise sur toute sa longueur avant de faire un  zag à hauteur du second relais. Une scène avec son rideau rouge, une fosse d'orchestre aquatique, des gradins sans ouvreuses mais avec des spectateurs sur des siéges à quatre roues.

 Mais où attaquer, la partie droite de la falaise est désespérément raide et lisse sur trente mètres. A gauche quelque vieux pitons et spit de huit, trace d'une tentative ancienne s'achève au bout de dix mètres sur des anneaux de rappel. Au dessus une potentialité d'escalade sur cinquante mètres puis un rocher d'apparence lépreuse.

 C'est là que dans mon esprit tortueux, j'imaginais un itinéraire....in-rectiligne. Profiter de la faiblesse de la paroi à gauche en reprenant la vielle ligne de clous, faire un relais là-haut sur la vire, puis traversée, au dessus des surplombs, pour arriver là-bas 150 mètres à droite; et là monter à la verticale tant que le rocher présente une qualité suffisante pour l'escalade.

 C'est parti! La première longueur humide se laissa apprivoiser sans trop de problème. La suite fut une longueur en traversée aérienne et austère malgré les petits trente mètres de hauteur. La difficulté modérée, et la qualité du rocher correcte nous permettaient de progresser rapidement de trois longueurs au total. Fons reparti vers son plat pays, la pluie tombait toujours.

 Je reviens d'abord avec les copains du club Densité. Ce jour là Christophe, avec assurance et détermination trouva un cheminement dans cette paroi toujours surplombante, à bout d'accus  nous redescendîmes ayant progressé de deux nouvelles longueurs. Nous sommes revenus une dernière fois, il faisait beau, le soleil illuminait la paroi jaune et ocre. Pour être sûr de monter jusqu'à la vire , sans être limité par les batteries, nous avons pris un perfo à essence: bonjour le poids, mais bienvenue à la puissance et à l'autonomie. Deux longueurs plus haut, sur la vire, nous décidons d'en rester là: le sommet de la paroi parait être en trop mauvais rocher. La voie s'arrêtera ici!

 

 

Christophe à l'ouverture dans l'avant dernière longueur avec ce "......." de perforateur à essence!

 


Pipe-line

 ou

 le bon tuyau  

 

Situation:

De Valence prendre la direction de Gap, passer Crest puis Die. A Pont de Quart suivre: cols de Menée et de Grimone, à la sortie de Chatillon en Diois: direction du col de Grimone et Glandage. Au bout de quelques kilométres vous arrivez dans les gorges des Gas, à la sortie de celles ci, à droite une petite bâtisse abrite une turbine électrique. Garez-vous ici, la paroi est là, à votre gauche, surplombant la conduite d'eau forcée.

 

Accès:

pour l'attaque: 50m de marche et le ruisseau à traverser.

 

Retour:

Du sommet: 2 rappels, une marche de 200m et vous voilà de retour à la voiture.

 

Rocher:

C'est une paroi de grès, de couleur jaune et ocre, entièrement surplombante. Bien que sain, le rocher est parfois très sableux. De pas mauvais du tout à pas vraiment bon (L4 & L5).

 

Caractère:

Malgré la faible hauteur de la traversée, la difficulté modérée de l'escalade, l'ambiance de cette voie est unique; la verticalité et la spécificité du rocher y est peut être pour quelque chose.

 

Période:

Voie entièrement à l'abris de la pluie, à garder pour les mauvais jours, la L1, L7 et L8 peuvent parfois être mouillées mais elles passent quand même. D'orientation est, la paroi prend le soleil uniquement en matinée.

 

Equipement:

La voie est entiérement équipée sur goujons de 10 mm (dans le cadre d'un plan de développement de l'escalade mis en place par le Conseil Général de la Drôme et par le Comité Départementale FFME) , quelque friends moyens peuvent mettre du baume au coeur de certains seconds, Corde de 45m, 12 dégaines, bloqueurs pour remonter sur la corde en cas de vol.

Certain mettent en doute la tenue des goujons dans ce rocher et sont allés jusqu’à doubler par des Spits les relais. Je peux  témoigner de la difficulté à percer ce rocher particulièrement dur (bien plus qu’un calcaire et similaire à un bon granit.)  Je pense que la tenue des goujons dans ce rocher ne pose pas de problème particulier.

 

 

 

 

Itinéraire:

TD, 6a obligatoire, 300m d'escalade.

Ouverture du bas par: Fons Klaassen, Christophe Raillon, Gérard Redding, Jean-Paul Vial, Manu Ibarra (club d'escalade Densité) de 1996 à 97.

L1 verticale, puis de L2 à L4 traversé horizontale, L5, L6, L7, L8 verticales.

 

L1:         6a/b; R1: descente possible en un rappel de 30m.

L2:         5c athlétique, attention au tirage; R2: descente possible en un rappel de 40m.

L3:         5c et 6a; R3: descente possible en un rappel de 45m.

L4:         4c; R4: descente possible en un rappel de 50m.

L5:         5b; R5: pas de descente possible.

L6:         5c; R6: descente possible par une traversée de 60m sur une vire à droite, puis en un rappel de 45m.

L7:         6a, attention au tirage; R7: descente possible en un rappel de 40m sur R6.

L8:         5c; R8: descente possible par une traversée de 50m sur une vire à droite, puis en un rappel de 45m, sur une main courante et le rappel de descente de R6.

 

Astuces:

Lors que vous êtes pendus dans les surplombs, les mains sur une prise plate, et que vous vous demandez si vous avez pris la bonne strate: regardez vos pieds: le rocher porte les traces de gomme des grimpeurs précedents.

 

 Pour vous guider ici ou ailleurs: Manu Ibarra, Guide de haute montagne: manu.ibarra@gmail.com

 

 

Le topo où vous trouverez cette voie et d'autres!
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

manu ibarra 25/04/2007 15:11

Des copains: Christophe RAILLON, Nicolas REYSSET et Xavier PETIT ont durant ce mois de mars pluvieux rejoutés 3 longueurs à cette voie. Soit: 6a+, 6b/c et 6a+. Deux rappels ramène à la vire; 5(corde fixe puis un rappel). Ce qui porte cette voie à 11 longueurs, toutes à l'abris de la pluie. Ces dernières longueurs sont dans un calcaire gris à gouttes d'eau. Exit le grès.

Bruno W 13/04/2007 18:35

Bravo pour cette ouverture !
Elle m'a sauvé d'une journée morose à me morfondre devant la télé un jour de pluie. Quelle esthétique ! Un grès qui surprend... Une autre, une autre, une autre !
Bruno W