La trilogie du Diois

Publié le par manu ibarra

Dans "le crux" en 6c du Pilier Livanos à Archiane.

  

Voilà un sujet à controverse, discussions, et conflits : les horaires des voies données sur les topos.

Je compte dans une difficulté classique une demi-heure par longueur pour une cordée au niveau de la voie. Cet horaire peut être abaissé encore.

Ainsi pour les voies de l'enchaînement décrit ci dessous qui comportent toutes trois douze longueurs le temps suivant cette méthode est de 6 heures. Nous avons pratiqué un temps de 4 h 30 maximum pour chacune d'entre elles en grimpant en réversible et en sautant aucun relais.

Il est possible de faire encore mieux encore ainsi avec Jérôme Blanc-Gras lors d'un repérage pour son enchaînement nous avons gravi le Pilier Livanos et la voie du levant à Archiane en moins de 7 heures( jonction comprise et en tirant des longueurs). Le jour de sont enchaînement ( avec des sauts en base jump) Jérôme à gravit avec différents compagnons ( Christophe Raillon, Sébastien Foissac et moi-même) successivement la voie de la Paroi Rouge en 2h55 ( approche par la voie des Lyonnais en 55 mm), le pilier Livanos en 3H00 et la voie du Levant  en 2h45  .

Alors les horaires, il faut surtout se posser des questions lorsque l'on ne les tient pas! Pour le reste....

 

 

 

3 heures  du matin! Nous voilà partis!
-"Direction la vallée de la Drôme, Die et l'abbaye de ... de quoi déjà?"

- "Valcroissant."

-"Ah! Valcroissant."

En général j'ai du mal à me réveiller avant midi, mais alors à cette heure c'est franchement dur! Mais bon, ça va je suis motivé: je conduis, les autres dorment et moi je conduis. 6 mois que j'ai mon permis et je n'ai pas du faire plus de 20 kilomètres.
-"Combien de temps t'as prévu, Manu, pour le trajet en voiture."
-"Une heure."
-"J't'avertis, je dépasse pas les 90."

-"Hum!!! Roule."

Et Jimmy qui dort, ça va être long cette journée! Surtout en se levant à des heures pareilles. Et y'a même pas d'autoradio dans cette bagnole, enfin, j'ai pris de quoi lire.

-"Passe la cinquième Guigui."
-"Attend! .... Je suis encore en troisième."
Ben oui en troisième à 110 pour un diesel ça se fait. La preuve, j'lai fais. Oh! 110, j'vais trop vite!

..../....

-"Eh... Euh... Les mecs on est arrivé, à vous de jouer, moi j'vais dormir.... A plus tard."

-"Tu sais où est le rendez-vous Guigui?"
-"Euh...Oui à Archiane...... Mais ..., rappelez-moi la route, au cas ou."
 

Le Glandasse avec le tracé en rouge du pilier Leprince-Ringuet. 

 

 ..../.......
5H30, je les vois disparaître, seule de temps en temps la lueur des lampes frontales passe à travers les branchages. Voilà une heure qu'ils sont partis, à l'allure où ils marchaient, ils ont du avaler les 800 mètres de dénivelé qui les conduisent au pied du Glandasse. Maintenant pour eux c'est le pilier Leprince-Ringuet, une sacrée belle voie de 400 mètres en bon rocher, des anciennes longueurs d'artifs qui passent en libre, 12 longueurs. Bon, c'est pas tout. Siège en position couchette, enfoncé dans mon duvet, vite un petit somme.

Rocher du Jardin du Roy à Archiane, avec le tracé du pilier Livanos.

..../....

 7H30, réveil. Ah, que c'est dur de se réveiller, surtout le matin! Bon il faut que j'aille à Archiane et que je monte au point de rendez-vous.
Il faut que je marche.... Que c'est long ce vallon de l'Aubaisse....... Oui c'est beau, mais c'est long!
9H40...

Dix minutes que je suis là, ils m'ont demandé de venir plus tôt que prévu, parce qu'ils pensent aller plus vite que prévu. Tu parles! Je suis là pour rien! Ils vont être en retard. Je le sais, moi.

-"Salut les mecs déjà là? Vous êtes en avance. Alors?"
-"Alors 1 heure pour l'approche et 4H20 pour le pilier."

-"C'est dur."

-"La longueur d'artif: un bon 6b pour le..."

-"Bon, Guigui et Manu, on y va?"
-"En voiture pour la voie du Levant!"

-"Oh!!! Attendez-moi; Je cours pas, moi."
D'ailleurs courir sur la vire d'Archiane, ça tient plus du numéro d'équilibriste sans filet que du footing dominical. Donc on marche! Tous! D'accord on marche vite, très vite, trop même.
Sur la vire on croise deux grimpeurs, qui attaquent une longueur.

-"Salut!"
-"Salut!"
-"Vous venez d'où?"

-"Du pilier le Prince-Ringuet."

Les deux types se regardent les yeux ronds.

-"Au Glandasse?" Demande l'un des deux hésitant.

-"Ouai."
Dans la tête de l'autre un doute persiste:

-"Mais là, vous allez où?"

-"A la voie du Levant."

-"Mais c'est un enchaînement!" Laisse échapper l'un d?eux." Et après?"
Depuis Profit un enchaînement c'est forcement trois trucs les uns derrière les autres, heureusement qu'ils ont prévu une troisième voie.

-"Voie des Parisiens"

-"Au Trois Becs?" Demande l'un des deux. Devant le geste d'acquiescement de Jimmy, il continu: "Mais c'est loin, vous avez un hélico?"

 Manu l'air pas surpris du tout:

-"Ben oui! Voilà le pilote: Guigui."

Hein! Moi. Pilote. Ils sont toujours entrain de me chambrer ces deux là. Malgré la marche décidément toujours aussi rapide, que la discussion n'a pas ralenti, et les halètements qu'elle engendre, enfin chez moi en tout cas, je réussis à sourire en pensant à mon aéronef.
12H25. Attaque de la voie du Levant. Il fait chaud, c'est parti pour 400 mètres d'escalade. Pour eux! Moi, je descends à Archiane. La descente est vite avalée. Tiens, je vais me faire une petite gâterie au café d'Archiane.. Je rentre, vais au comptoir et demande le délice local:

-"Je pourrais avoir un fromage de chèvre au miel, Monsieur?"
Le type genre braconnier mal rasé ne me répond pas, ne me regarde pas et sort sur la terrasse servir des touristes. Ah bon! Bizarre, il m'a peut être pas vu, je m'installe à une table. Tant pis. Que c'est agréable après cette longue marche d'être assis à l'ombre avec ce bruit de fontaine ! Et les deux autres fous qui grimpent! Et mon fromage! Je rêvasse quand tout à coup, quelle que chose se glisse sous mon nez; Sursaut! C'est le fromage. Tiens, il m'avait vu. Il est bon ce fromage de chèvre au miel.
Que faire, je m'allonge dans l'herbe face à la falaise du Jardin du Roy, un livre à la main. Je vois Jimmy et Manu qui grimpent. Toutes les phrases de mon bouquin, il y a en un qui arrive au relais. Où en sont-ils? Plus personne! Non, ils ne sont pas tombés, ça se saurait.

Paroi de la Pelle aux Trois Becs avec le tracé de la Voie des parisiens.

 

..../....

 

17H50, ils arrivent. Boissons, changement de tee-shirt.

-"Allez pilote, fait chauffer les turbines, direction Saillans."
-" Accrochez-vous, on décolle." Ronronnement docile du moteur diesel.

La route d'Archiane est charmante, bucolique, mais étroite, très étroite. Devant moi roule une voiture immatriculée 69, Papy au volant, Mammy collée à la vitre admire le paysage. Seul problème ils roulent à 35 Km/h.

-"Mais Guigui, colle les, ils te laisseront passer."

Je me rapproche un peu, je n'aime pas ça!

-"Allez, colle les, klaxonne, fait quelque chose, on n'a pas que ça à faire."

-"Oh! Les mecs d'abord vous deviez dormir."

-"Allez klaxonne!"

Je me risque dans un léger coup de trompe. Ca alors. Je vois le Papy qui passe son bras par la vitre et qui me fait un geste genre: "il fait beau, j'ai le temps, alors pourquoi pas toi?" Je suis à peu prés du même avis que lui, mais je ne peux pas le dire aux deux excités qui sont avec moi; d'ailleurs je les trouve un peu plus calmes que ce matin. Que peut-on faire? Rien! Alors roulons à 35km/h.

..../....

Ca y est, je l'ai doublé, ce n'est pas une petite affaire de doubler sur cette route. Je commence à mieux la sentir cette voiture, et puis les heures d'auto-école, il en reste quelque chose. C'est parti.
 19H, Saillans. Pause café. Manu prend un Coca , c'est la première fois que je le vois boire ça: Il me dit que chez lui c'est plus efficace que le café pour le tenir éveillé. Ah, ah, il fatigue! Moi ça va. Je me suis réveillé tôt moi aussi et puis j'ai fait la vire d'Archiane avec eux, et peut être que je vais monter à l'attaque de la Pelle avec eux. Mais, ça va pour moi. Seul Jimmy râle et me fait remarquer que une heure et demi pour faire les 70 Km d'Archiane à Saillans en moyenne horaire c'est pas terrible. Il avait qu'à conduire au lieu de s'avachir sur la banquette arrière à siroter ses trucs énergétiques.

-"Bon, on y va,"

-"On y va!"

Virage après virage, la voiture monte, monte vers le col de la Chaudière, moi au volant. Avec ce coup là, j'ai du plus que doubler mon kilométrage réalisé comme conducteur. Au fait il n'y à pas de 90 sur cette voiture. Pourvu que je ne me fasse pas arrêter par la maréchaussée. Et l'assurance, est-ce que l'assurance de la voiture à Manu couvre les jeunes conducteurs. Je n'aime pas ça, enfin c'est bientôt fini, plus qu'une!

..../...
C'est réfléchi, leur truc à Jimmy et à Manu, d'abord sur les voies, ils ont pris les escalades les plus classiques de la vallée de la Drôme. Ensuite sur l'ordre de leur enchaînement, pour échapper au maximum au soleil; et oui c'est le revers de la médaille de faire ça les jours les plus longs de l'année. Pour la Pelle pas de problème, la belle est à l'ombre dés midi!

..../....

 -"Je vous accompagne.....Jusqu'à l'attaque!"

20h, ils ne me répondent même pas. Ils se contentent de partir en trottinant pour les 400 mètres de dénivelée de la marche d'approche. Je les suis..... sans problème. Ils ne courent pas si vite. Ils fatiguent!

20H25, attaque de la voie des Parisiens; finalement ils ne sont pas si fatigués que ça...

-"Allez, on traîne pas, il faut profiter des 2 heures de jour qu'ils nous restent. A tout'à l'heure Guigui."

-"Salut et à tout à l'heure."

Depuis la vire, je les regarde grimper: première longueur, seconde longueur; Jimmy semble avoir des problèmes avec ses avants bras qui tétanisent et Manu avec ses bras qui s'ouvrent inéluctablement dans les passages surplombants. Descente à la voiture, je la déplace de façon à voir la paroi. La nuit tombe, ils ont allumé leurs lampes frontales, minuscules points de lumière dans cette face toute noire. Pourvu que personne ne voit ces lumières. Quelqu'un pourrait croire que c'est des grimpeurs en difficulté et appeler les secours...Et qu'est ce que j'vais dire moi?

..../....

24H30, j'ai vu une lampe disparaître, puis l'autre, derrière une arête horizontale éclairée par un vague halo lumineux: ils sont au sommet!

1H20, réveille catastrophe. C'est les autres fous qui frappent à la vitre de la voiture, moi qui dormais si bien au fond de mon duvet: les sauvages!

-"Allez, Guigui, tu as les clefs, je conduis."

Les ingrats.........

A chacun son délire : le nôtre ( Jaunet & manu Ibarra) fut pour ce 21 juin 1995 d'enchaîner en escalade libre trois voies classiques sur les trois plus belles parois du Diois.

A vous d'inventer votre trilogie. Pourquoi pas par exemple, toujours sur les mêmes falaises voie Cosa-Nostra au Glandasse, voie de l'Equation à Archiane, voie de la Résistance aux 3 Becs : Belles escalades libres de difficulté..Ou alors voie du Pestel au Glandasse, une voie d'artif à la parie rouge à Archiane, voie Nickel-Cadnium aux 3 Becs, un enchaînement d?artif qui doit presque prendre la semaine. Allez laissez-vous tentez !

 

Heure

Temps

Temps cumulé
Départ abbaye de Valcroisant

4h25

0h00

0h00

 

Attaque du Pilier Leprince-Ringuet.

5h30

1h05

Marche d'approche.

 

1h05

 

Sommet du Pilier Leprince-Ringuet

9h48

4h18

Escalade, TD+, 350 m, 12 longueurs.

5h23

 

 

Attaque de la Voie du Levant

12h26

2h38

Longue liaison pédestre.

8h01

Sommet de la voie du Levant.

16h36

4h10

Escalade, TD, 400m, 12 longueurs.

12h11

Village d'Archiane.

17h49

1h13

Descente pédestre.

13h24

 

Départ de la route du col de la Chaudière.

19h54

2h05.

Liaison automobile et ravitaillement.

15h29

Attaque de la voie des Parisiens

20h24

 

0h30

Marche d'approche.

15h59

 

Sommet de la voie des Parisiens.

24h32

 

 

4h08

Escalade, TD, 280 m, 12 longueurs dont 6 de nuit

20h07

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article