Traversée de la Meije.

Publié le par manu ibarra

La Meije vue de la Grave avec à droite la brèche de la Meige et dessous les Enfetchores. C'est par là que nous rejoignions le refuge du Promontoire.

La Meije vue de la Grave avec à droite la brèche de la Meige et dessous les Enfetchores. C'est par là que nous rejoignions le refuge du Promontoire.

Avec Félix depuis l’âge de 6 ans nous faisons chaque été ou presque une à deux courses d’alpi.
Avec maintenait une dizaine de courses de niveau classique à son compteuril est temps de passer la vitesse supérieure. Il s’agissait cet été de passer une marche en élevant nos ambitions.


Pourquoi ne pas commencer par la traversée de la Meije ?
La difficulté y est modéré (3+ mais du 3+ à l’ancienne : attention !), l’altitude aussi (un peu moins de 4000m), Félix n’étant pas un grimpeur mais possédant une bonne condition physique, la chose semblait envisageable. Et la traversée de la Meije est certes une course d’un niveau technique facile mais elle reste une « grande course », une des plus prestigieuse du massif de l'Oisans!
Nous voilà parti !


Première étape : La Grave désertée par les voitures pour causse de glissement de terrain. Ah, la nature qui entrave les petits hommes !
Première journée : montée par les Enfetchores. C’est un bon test avant la traversée.

Approche et passages rocheux dans les Enfetchores.
Approche et passages rocheux dans les Enfetchores.
Approche et passages rocheux dans les Enfetchores.
Approche et passages rocheux dans les Enfetchores.

Approche et passages rocheux dans les Enfetchores.

Je me souviendrais toujours de ce client que je ne connaissais pas et qui voulais faire la traversée. Il avait fait des courses prestigieuses avec de grands guides et voulais faire découvrir la haute montagne à sa compagne grimpeuse en sites sportifs.
La condition que je posais pour prendre en charge ce couple dont je ne connaissais pas les capacités sur la traversée fut de monter par les Enfetchores et qu'ils acceptent de tirer un bilan arrivés au refuge du Promontoire. Lors de la montée Monsieur avait des problèmes et Madame courrait. Arrivé au refuge, la conclusion était si évidente que Monsieur proposa de lui-même de descendre le lendemain sur la Bérarde. J’ai fait la course avec Madame pour qui c’était sa première course en montagne dans un horaire très honorable( 10 heures). Nous retrouvâmes Monsieur un peu penaud à la Grave le soir même.

 

le glacier est bien sec, seul les derniers 300m avant la brèche de la Meije offre un manteau neige qui cache de bien belles ( et profondes ) crevasses.
le glacier est bien sec, seul les derniers 300m avant la brèche de la Meije offre un manteau neige qui cache de bien belles ( et profondes ) crevasses.

le glacier est bien sec, seul les derniers 300m avant la brèche de la Meije offre un manteau neige qui cache de bien belles ( et profondes ) crevasses.

Les Enfetchores avalés, nous voilà au refuge du Promontoire à l’accueille sympathique. Le lendemain : un bulletin météo annonçant 100 Km/h et des vents tempétueux, mâtinés de pluie en seconde partis de journée, nous bloqua au refuge avec deux autres cordées.

Repos au Promontoire.

Repos au Promontoire.

Le surlendemain : le bulletin météo annonces un vent de 80 km/h le matin passant à 35 en après-midi. Nous sommes 6 cordées pour la traversée et nous décidâmes d’un commun accord de partir à 6 heures afin dévietr un matin venté. Ce départ tardif permis à seulement deux cordées d’éviter une nuit au refuge de l’Aigle. Bravo Stéphane et Marcel !
 

Le pas du Crapaud, si prêt du refuge qu'une chute se fini sur son toit. ( Plus facile à gauche...) Marcelle le guide suisse à l'assurance.Le pas du Crapaud, si prêt du refuge qu'une chute se fini sur son toit. ( Plus facile à gauche...) Marcelle le guide suisse à l'assurance.

Le pas du Crapaud, si prêt du refuge qu'une chute se fini sur son toit. ( Plus facile à gauche...) Marcelle le guide suisse à l'assurance.

Un des "crux " de la muraille Castelneau, la dalle des Autrichiens, un pas de 3+ où certains mettent le pied dans l'anneau de corde.en place ...
Un des "crux " de la muraille Castelneau, la dalle des Autrichiens, un pas de 3+ où certains mettent le pied dans l'anneau de corde.en place ...Un des "crux " de la muraille Castelneau, la dalle des Autrichiens, un pas de 3+ où certains mettent le pied dans l'anneau de corde.en place ...

Un des "crux " de la muraille Castelneau, la dalle des Autrichiens, un pas de 3+ où certains mettent le pied dans l'anneau de corde.en place ...

Descente du grand Pic en direction du premier rappel.

Descente du grand Pic en direction du premier rappel.

La fameuse traversée Zsigmondy avec son câble et sa glace de face nord.Une cordée Scottish nous précède.
La fameuse traversée Zsigmondy avec son câble et sa glace de face nord.Une cordée Scottish nous précède.La fameuse traversée Zsigmondy avec son câble et sa glace de face nord.Une cordée Scottish nous précède.

La fameuse traversée Zsigmondy avec son câble et sa glace de face nord.Une cordée Scottish nous précède.

Bientôt le doigt de Dieu et derrière le grand Pic.

Bientôt le doigt de Dieu et derrière le grand Pic.

But de notre traversée le refuge de l'Aigle perché sur son rognon rocheux qui sous la fonte du glacier émerge de plus en plus. Tout neuf et pourtant si proche de l'ancien.

But de notre traversée le refuge de l'Aigle perché sur son rognon rocheux qui sous la fonte du glacier émerge de plus en plus. Tout neuf et pourtant si proche de l'ancien.

Notre matos : baudriers Choucas de Blue ice, Sacs Wartog de Blue ice, chaussures AKU, une corde de 50m et une corde auxiliaire de 50m pour les rappels, crampons légers (avant acier arrière alu et un proto), piolet Bluebird de Blue Ice pour moi et piolet carbone Idol (187g !) pour Félix. 3 camalots, 3 câblés, 3 dégaines simples, 3 dégaines doubles, 4 anneaux doubles, 3 broches à glace avec nécessaire pour moufflage (pour les parties sur glacier).

Remarques : Nous rencontrâmes pas mal de glace pour la montée au grand Pic conséquences des chutes de pluie et neige de la vieille, une échelle pour franchir une crevasse dans la descende sur l’Aigle donne un côté Icefall de l'Everest au glacier du Tbuchet , la plus part des maillons rapides des rappels peuvent s’ouvrir pour permettre des manœuvres plus rapides.

Publié dans Haute Montagne.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article